On nous apprend à l’école primaire qu’il faut mettre une majuscule aux noms propres et au début de la phrase.
Cette règle simple comporte tout de même des difficultés d’application ; les mots composés, les dénominations, les toponymes, les titres de civilité nous posent problème.

Les règles énoncées ci-après sont celles de l’imprimerie nationale de France.

Les dénominations 

Qu’est-ce qu’une dénomination ?
C’est un groupe de mots dont l’ensemble désigne une réalité géographique, toponymique, administrative, politique, culturelle, historique, etc.
Elles ne comportent pas systématiquement de noms propres, mais certains noms communs doivent commencer par une majuscule : il s’agit alors d’une majuscule de signification (elle est chargée de sens).
Au moyen d’un artifice typographique (la capitale initiale), on accorde alors une valeur symbolique au mot.
exemples : la Première Guerre mondiale, le mont Blanc, la révolution d’Octobre.
Cependant, le fait d’écrire l’Institut national de la recherche scientifique avec une majuscule initiale sur le premier mot ou sur tous les mots (l’Institut National de la Recherche Scientifique) ne change pas le sens.
Il s’agit seulement dans le second cas d’une « maladie » appelée la majusculite.

Majuscules / minuscules & capitales / bas de casse 

Selon qu’on utilise une terminologie grammaticale ou typographique, on parlera de majuscules ou de capitales.
En langage d’imprimerie, les lettres majuscules sont appelées capitales parce qu’elles sont fréquemment utilisées en tête (du latin caput « tête ») d’un paragraphe, d’une ligne ou d’un mot.
Les capitales peuvent être de deux sortes : les GRANDES CAPITALES (majuscules proprement dites) et les petites capitales.
On emploie les petites capitales quand on croit que la visibilité des GRANDES CAPITALES serait trop apparente.
Il faut placer tous les accents sur les capitales, sauf pour les sigles et les acronymes lorsqu’ils sont écrits en capitales.
exemples : le palais de l’Élysée, le ministère de l’Éducation nationale
mais pas sur : les HEC (sigle des Hautes Études commerciales).

Les peuples, habitants et races 

Les noms désignant un peuple, une race, un groupe ethnique, les habitants d’un pays, d’une ville ou d’une région, prennent la majuscule initiale.
exemple : les Savoyards
Les adjectifs (épithètes ou attributs) de peuples, de races, de groupes ethniques, d’habitants d’une ville ou d’une région, etc., prennent la minuscule.
exemples : les pays baltes. Elle est britannique.
Les mots composés désignant un peuple ne sont pas reliés par un trait d’union quand ils sont formés à la fois d’un nom (majuscule) et d’un adjectif (minuscule).
exemple : les Suisses alémaniques [N + adj.]
Tout nom ou adjectif désignant une langue ou les locuteurs d’une langue prend la minuscule.
exemples : l’arabe, l’anglais, l’allemand, la littérature française, c’est en français.

Les toponymes et les odonymes 

Dans les toponymes (noms de lieu) et les odonymes (voies de circulation), seul le terme spécifique (qu’il soit un nom propre, un nom commun ou un adjectif) prend la majuscule initiale, le terme générique, pour sa part, conservant la minuscule.
exemples : l’océan Atlantique [adj.], le col du Grand Saint-Bernard [adj.+ n.p.].
Dans les dénominations anglaises, tous les noms (communs et propres) et adjectifs prennent la majuscule.
exemple : Lake Ontario, Park Street, Nelson Road.

La religion et les idéologies politiques, artistiques 

Les noms de religions ainsi que la fonction de leurs dirigeants et leurs membres prennent toujours la minuscule.
exemples : l’islam, le catholicisme, le pape, le dalaï lama, les protestants, les juifs.
Le premier substantif du nom officiel d’un parti politique prend la majuscule ainsi que l’adjectif qui le précède, mais l’adjectif qui suit conserve la minuscule initiale.
exemples : le Parti travailliste, le Conseil national de la résistance.
Le nom des membres d’un parti politique ainsi que les adeptes de toute idéologie artistique, scientifique, etc., prend toujours la minuscule.
exemples : les démocrates, les cubistes, les socio-démocrates,les écologistes.

Les organismes et les sociétés 

Ce type de dénomination fonctionne soit selon la règle de la capitale initiale, soit selon la règle de la minuscule au générique et de la majuscule au spécifique.
On met une majuscule au nom des entités administratives lorsqu’on veut souligner le caractère unique des entités représentées.
exemples : le Parlement européen, l’Hôtel de Ville, l’Assemblée nationale, le Trésor public, le Fonds monétaire international, le royaume de Belgique, la République française [N + Adj], le Conservatoire de musique, le centre Pompidou, la Faculté de médecine.

Fêtes, événements et périodes historiques 

On emploie une majuscule au premier substantif de la dénomination des grandes manifestations d’ordre artistique, commercial, sportif, etc., ainsi qu’à l’adjectif qui le précède.
exemples : le Salon du livre,les Jeux olympiques.
Le nom des grandes époques scientifiques, des mouvements littéraires (ou philosophiques) et des courants artistiques prennent la minuscule.
exemples : le paléolithique, l’impressionnisme, l’existentialisme.
Dans une dénomination désignant un événement historique, on met une minuscule au générique et une majuscule au spécifique.
exemples : la monarchie de Juillet, la guerre du Golfe.
Lorsqu’il n’y a pas de terme spécifique dans la dénomination historique, le générique prend la majuscule (ainsi que l’adjectif qui le précède).
exemples : le Moyen Âge, la Première Guerre mondiale, la Troisième République.
Les noms de fêtes civiles ou religieuses prennent une minuscule au générique et une majuscule au spécifique.
exemples : la fête du Travail, le lundi de Pâques.

Les titres de civilité et titres de fonction 

Tous les titres de civilité et tous les titres de fonction prennent la majuscule lorsqu’on s’adresse directement aux personnes à qui sont destinés ces titres et fonctions.
exemples : Madame la Directrice, je n’ai pas reçu votre demande. Mesdames, Messieurs, je vous souhaite une bonne réunion.
Les titres de civilité et titres de fonction prennent la minuscule lorsqu’on parle de quelqu’un ou lorsque le titre est suivi d’un patronyme (nom propre).
exemples : J’ai parlé à la vice-présidente de l’association. Le président de la République exerce ses fonctions de chef d’État.
Les titres nobiliaires, religieux et militaires conservent la minuscule. exemples : le roi, le cardinal, le général, l’inspecteur.
Mais si on s’adresse à ces mêmes personnes, il faut mettre une majuscule.
exemples : Mon Colonel, Monsieur le Curé, Madame l’Inspectrice.